Réduction des délais de création d'entreprise

Le Sénégal se fixe l'objectif de réduire à 24 h les délais de création d'entreprise        


Après avoir passé les délais de création d'entreprises de 58 jours à 48 heures, "notre objectif aujourd'hui de réduire ce délai à 24 heures", a affirmé jeudi à Dakar, Aminata Cissé Fall, directrice de cabinet du ministre de la Justice. 

"Notre objectif est de réduire à 24 heures les délais de création d'entreprises. Et c'est possible en poursuivant les efforts car nous sommes parvenus à les réduire à 48 heures. Pour ce faire il faut conduire les changements d'habitude de notre administration", a notamment dit Mme Fall.

Elle présidait l'ouverture d'un atelier de vulgarisation de la plate forme de créations d'entreprises en ligne "Guichet unique Orbus entreprise" initiée par l'Apix Sa et Gaïndé 2000 dans le cadre de la mise en œuvre du programme de réformes de l'environnement des affaires et de la compétitivité.

Après plusieurs mois de travaux, la phase pilote a été lancée le 29 mai 2015. Elle a concerné 10 notaires à Dakar et a permis la création de plus de 500 sociétés commerciales en ligne, avec une durée moyenne de 1h49.

Cette nouvelle procédure a permis de raccorder virtuellement les services de l'administration et l'ensemble des acteurs qui interviennent dans le processus de traitement et de délivrance des documents de création d'entreprise. Il s'agit principalement de la Direction Générale des Impôts et Domaines pour l'enregistrement des actes et la délivrance de la déclaration d'existence fiscale, de l'OAPI pour l'enregistrement des noms commerciaux, du service du Greffe pour la délivrance du RCCM. Etc.

"Cette plateforme résulte d'une dynamique d'efforts couronnés par un succès. Elle constitue un tournant décisif dans le cadre des efforts et de la détermination du gouvernement, sous l'impulsion du chef de l'Etat, d'améliorer sensiblement et de façon continue le climat des affaires", a estimé Mountaga Sy, DG de l'Apix.

Pour Ibrahima Nour Eddine Diagne, administrateur général de Gaïndé 2000, cet outil a pu être mis en place grâce à une volonté commune du ministère de la Justice et de la Chambre des notaires, le tout facilité par l'Apix. "Ce que nous avons fait ensemble reste perfectible pour parvenir à une entière dématérialisation de la création d'entreprises. Mais la volonté politique pour y aller est là. Et nous sommes heureux que l'Apix nous ait convié à cela", a indiqué M. Diagne

APA-Dakar (Sénégal)